Les formations

Les formations

devenir commissaire | devenir arbitre | diplômesanimateur suppléant |
 | assistant club le CFEB | le CQP | le BPJEPS | le DEJEPS | le DESJEPS |

 

Comment devenir Commissaire Sportif

A - Préalable

Un grand nombre de judoka sont attirés par les activités du secteur arbitral. Etre présent autour des tatamis, dans un rôle actif intéresse un grand nombre de pratiquants. La prise de responsabilités et l'animation directe sont des facteurs de motivation pour des judoka entreprenants.

La Commission Nationale d'Arbitrage insiste auprès des dirigeants, des cadres techniques, des enseignants, sur la nécessité d'informer les judoka garçons ou filles, sur les possibilités qui leur sont offertes pour intégrer le corps arbitral. Au-delà de l'information nous devons sensibiliser les judoka sur l'importance de faire partie du corps arbitral pour :
- l'obtention des pré-requis, grades
- participer activement à la vie de leur club
- la connaissance des règles du jeu "le judo jujitsu"
- l'accès aux responsabilités 

B - Conditions générales

Quel que soit son niveau sportif, le judoka, garçon ou fille, peut suivre une formation pour évoluer dans l'arbitrage départemental, sous réserve des conditions suivantes :

Pour les garçons et les filles :
Etre, licencié, au minimum Benjamin(e), ceinture jaune et commissaire sportif de club.

1) Inscriptions

Le candidat doit s'inscrire par l'intermédiaire de son professeur au niveau départemental.

2) Cycle de formation

Le candidat doit assister aux séances d’arbitrage, de formation et participer à la tenue des tables suivant les convocations proposées par le département.

3) Examens

Après avoir suivi les cours et une bonne pratique, le candidat sera présenté aux différents examens qui prouveront sa compétence. 

C - Renseignements

Instructeurs départementaux d’arbitrage
Les clubs
Détection de base dans les clubs
Infos : stages d’Enseignants
Infos : Ecole de Cadres
Infos : Stages sportifs
Coupe du jeune arbitre
Infos UV1
Infos dans Pôles France et Pôles Espoirs 

D - Conditions d'accession aux différents titres de commissaire sportif

Commissaire sportif de club

Age souhaité : 11 ans (benjamin). 
Grade souhaité : ceinture jaune.
Temps de formation : à l’initiative des professeurs.
Stages : à l’initiative des professeurs.
Application pratique et connaissance : organisation et tenue des poules, les gestes de l’arbitre et des juges, la tenue des combattants… A l’initiative des professeurs.

Commissaire sportif départemental

Age souhaité : 11 ans (benjamin). 
Grade souhaité : ceinture orange.
Temps de formation : 1 an minimum.
Stages : 2 au niveau département (soit 6 heures).
Application pratique et connaissance : 3 manifestations, pesée, passeport, licences, initiation à tous les postes (chronos, feuilles de poule, tableaux, tableau d’affichage), connaissance des gestes de l’arbitre et des juges, attribution des points et pénalités.

Commissaire sportif régional

Age souhaité : 13 ans (minime).
Grade souhaité : ceinture verte.
Temps de formation : 1 an au niveau régional.
Stages : 2 dont un en région (environ 8 heures).
Application pratique et connaissance : 2 manifestations en département et 2 en région, utilisation de la sonorisation, repêchage, suivi de tableau, gestion de la table en relation avec le responsable de la manifestation, information sur le déroulement d’un tirage au sort.

Commissaire sportif interrégional

Age souhaité : 15 ans (cadet).
Grade souhaité : ceinture marron.
Temps de formation : 2 ans au niveau inter-régional.
Stages : 1 spécifique en région, en parallèle avec les arbitres.
Application pratique et connaissance : 2 manifestations en département et 2 en région, gestion d’une manifestation départementale et régional, bonne connaissance de l’arbitrage (être au niveau départemental).

Commissaire sportif national

Age souhaité : 17 ans (junior, senior).
Grade souhaité : 1er dan.
Temps de formation : 4 ans au niveau national.
Stages : 2 en inter-région avec sélection.
Application pratique et connaissance : activité permanente en département, région et inter-région, très bonne connaissance de l’arbitrage (être au niveau régional).

Sauf dérogation accordée par la C.N.A.

  • Les commissaires sportifs nationaux doivent participer au niveau des structures interrégionales, régionales, départementales voire district.
  • Tous les commissaires sportifs doivent être licenciés FFJDA 

 

devenir commissaire | devenir arbitre | diplômesanimateur suppléant |
 | assistant club le CFEB | le CQP | le BPJEPS | le DEJEPS | le DESJEPS |

 

Comment devenir Arbitre

A - Préalable

Le secteur de l’arbitrage doit être compris comme faisant partie intégrante de l’activité de pratique du judo jujitsu et cela dès le club.
Pour les jeunes ou moins jeunes, être présents sur et autour des tatamis dans un rôle actif et engagé, reste une source de motivation affirmée.
Il est possible de vivre le judo dans l’arbitrage en accédant à des responsabilités, du club jusqu’au niveau international.
Plusieurs voies sont accessibles dans le secteur de l’arbitrage :
– commissaire sportif
– arbitre
– formateur de commissaire sportif
– évaluateur
– instructeur
Par l’arbitrage, le judoka obtient les requis et participe activement à la représentativité de son club.

B - Conditions générales

Quel que soit son niveau sportif, le judoka, garçon ou fille, peut suivre une formation pour évoluer dans l’arbitrage, sous réserve des conditions suivantes :
– Pour les filles et les garçons : être licencié, Benjamin(e)s, avoir le grade de ceinture verte minimum et être arbitre de club.
1) Inscriptions
Le candidat doit s’inscrire par l’intermédiaire de son professeur au niveau de département.
2) Cycle de formation
Le candidat doit assister aux séances d’arbitrage et participer à l’arbitrage suivant les convocations proposées par le département.
3) Examens
Apreès avoir suivi les cours et une bonne pratique, le candidat pourra être présenté aux différents examens qui prouveront sa compétence

C - Formation particulière

1) Population concernée
Cette formation est exceptionnelle ; elle s’adresse à trois catégories de pratiquants :
a) Athlètes de haut niveau
Les judoka garçons ou filles de haut niveau classés internationaux et ayant participé à des sélections internationales dans l’équipe de France senior.
b) Cadres F.F.J.D.A. et enseignants BEES
La Direction Technique Nationale, les entraîneurs nationaux, les conseillers techniques régionaux et départementaux de la F.F.J.D.A., tous les enseignants de clubs.
c) Athlètes régionaux
Les judoka, filles ou garçons, compétiteurs classés au niveau régional et interrégional, ainsi que toutes personnes qui sont inscrites dans les formations suivantes 
– sections sportives de haut niveau,
– pôles France et Espoirs + IRFEJ,
– écoles régionales des cadres,
– centres de formation continue et modulaire,
– stages sportifs régionaux interrégionaux, nationaux masculins et féminins.

2) Inscriptions
Le candidat doit s’inscrire auprès du responsable de la commission d’arbitrage de son département ou de sa ligue.

Cycle de formation
Pour les catégories A et B, le candidat doit assister aux stages organisés dans sa ligue et participer à l’arbitrage des compétitions départementales ou régionales pendant une saison. Pour la catégorie C, le candidat doit assister aux stages dans son département ou sa ligue. Pendant les stages sportifs, il recevra des informations théoriques et participera à des applications pratiques sur l’arbitrage. En fin de stage, il recevra une attestation justifiant sa participation aux stages d’arbitrage.

Examens
Pour les catégories A et B, le candidat passe en fin de saison un examen de constat de niveau, comprenant une épreuve pratique et théorique, qui déterminera son titre d’arbitre (départemental à national). Pour la catégorie C, le candidat qui sera en possession de deux à trois attestations justifiant sa participation aux différents stages, passera une épreuve pratique et théorique correspondant au titre d’arbitre fédéral du niveau des stages effectués.

3) Exceptionnel
La commission nationale d’arbitrage se réserve l’étude de tout dossier particulier.

D - Conditions de participation aux examens d'arbitre

(sauf dérogation exceptionnelle de la C.N.A.)

Arbitre de club

Age minimum : 11 ans (benjamin). 
Grade minimum : ceinture verte.
Temps de formation : à l’initiative de l’enseignant.
Compétitions : clubs et interclubs.
Stages : pendant les cours.
Epreuves : gestion du combat, valeurs, gestes et annonces, tenue et attitude.
Résultats : délivrés par l’enseignant.

Juge arbitre

Age minimum : 13 ans (minime). 
Grade minimum : ceinture marron.
Temps de formation : 1 journée.
Compétitions : niveau département et animations régionales.
Stages : 2 stages de 2 heures ; suivi pédagogique par les arbitres.
Epreuves : mise en situation de juge.
Résultats : délivrés par l’instructeur départemental.

Arbitre départemental

Age minimum : 16 ans.
Grade minimum : 1er dan.
Temps de formation : de 1 à 2 ans d’arbitre stagiaire, seulement 1 an pour les jeunes ayant participé à la finale régionale de la coupe du jeune arbitre.
Compétitions : avoir arbitré de préférence des compétitions non sélectives pour un championnat de France.
Stages : 2 par an ; suivi pédagogique lors des compétitions par un instructeur départemental.
Epreuves : épreuve théorique orale (note/20, coeff 1), compétitions départementales (note/20, coeff 2), épreuve pratique (note/20, coeff 2).
Résultats : 12/20 de moyenne générale exigée.

Arbitre régional

Age minimum : 17 ans.
Grade minimum : 1er dan.
Temps de formation : 1 an au minimum de département.
Compétitions : toutes les compétitions départementales et régionales non sélectives pour un championnat de France.
Stages : 2 par an (1 en département et 1 en région) ; suivi pédagogique lors des compétitions par un instructeur départemental et régional.
Epreuves : épreuve théorique orale (note/20, coeff 1), contrôle continu durant 3 compétitions régionales (note/20, coeff 2), épreuve pratique (note/20, coeff 2).
Résultats : 14/20 de moyenne générale exigée.

Arbitre interrégional

Age minimum : 19 ans (60 ans maximum).
Grade minimum : 2ème dan.
Temps de formation : 2 ans minimum de région.
Compétitions : avoir arbitré toutes les compétitions départementales et régionales.
Stages : 2 par an (1 en inter-région et 1 en région) ; suivi pédagogique lors des compétitions par l’instructeur régional.
Epreuves : épreuve théorique vidéo (note minimum 14/20), contrôle continu durant 3 compétitions régionales (note/20), épreuve pratique (note/20, coeff 2).
Résultats : 15/20 de moyenne générale exigée. Le candidat qui n’obtient pas 14/20 à l’épreuve théorique ne peut se présenter à l’épreuve pratique.

Arbitre national

Age minimum : 22 ans (60 ans maximum).
Grade minimum : 3ème dan.
Temps de formation : 2 ans au niveau inter-régional et être classé parmi les meilleurs.
Compétitions : toutes les compétitions départementales, régionales et inter-régionales.
Stages : 1 par an minimum ; suivi pédagogique lors des compétitions par linstructeur inter-régional.
Epreuves : épreuve théorique vidéo, épreuve pratique sur 4 critères (précisions des valeurs, précisions des pénalités, application du matte, application des gestes en juge)).
Résultats : Le candidat doit obtenir 14/20 minimum à l’épreuve théorique et au minimum 80% de réussite à chaque critère de l’épreuve pratique.

Les arbitres internationaux, continentaux, nationaux doivent être impliqués dans les organisations, arbitre ou autre rôle au niveau des structures interrégionales, régionales, départementales voire district. Tous les arbitres doivent être licenciés F.F.J.D.A..

Pour les candidats au titre d’arbitre National, la C.N.A. prévoit un cursus de formation complémentaire obligatoire dont les points essentiels sont définis ci-après :

Stage national annuel au terme duquel chaque stagiaire est présenté à l’épreuve théorique de l’examen d’arbitre national. Les candidats admis sont invités à poursuivre la formation prévue aux chapitres No 2 et 3.

Mise en situation d’arbitre lors du 1er tournoi labellisé avec soutien pédagogique par un membre de la Commission Nationale, assisté de l’instructeur de l’interrégion d’accueil.

Test d’évaluation avec mise en situation d’arbitre lors du 2e tournoi labellisé, du Championnat de France des Entreprises, du Championnat de Zone. A l’issue de ces 3 compétitions pour être reçu, le candidat ne devra pas obtenir plus de 11 points de fautes en moyenne sur les 3 arbitrages

 

devenir commissaire | devenir arbitre | diplômesanimateur suppléant |
 | assistant club le CFEB | le CQP | le BPJEPS | le DEJEPS | le DESJEPS |

 

Diplômes
 
Nomenclature des certifications fédérales

Au regard du contexte actuel de rénovation des diplômes d’enseignement et de la volonté de la fédération de maintenir un niveau de formation de qualité, la FFJDA a créé 3 formations fédérales permettant d’inscrire les licenciés intéressés dans une démarche de formation à l’enseignement du Judo Jujitsu. Elles constituent un premier pas vers l’enseignement. En effet, comme l’accession aux grades, devenir enseignant de judo est un processus long qui exige un bon niveau de pratique en judo et un investissement important et continu. Il y a donc une progressivité dans les différentes formations proposées :

  • de l’assistance de l’enseignant (diplôme d’Assistant Club)
  • à la dispense ponctuelle de cours (diplôme d’Animateur Suppléant)
  • et pour une situation dérogatoire exceptionnelle (Certificat de Formation à l’Enseignement Bénévole).

Nomenclature des certifications professionnelles

Les qualifications fédérales constituent un cheminement progressif vers les diplômes d’enseignement permettant rémunération et autonomie pédagogique que sont le Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) et les Diplômes d’Etat à la Jeunesse, à l’Education Populaire et au Sport (DEJEPS et DESJEPS). Même si il n’est pas exigé de suivre les formations fédérales pour s’inscrire à la formation CQP, il est vivement conseillé de démarrer par les formations fédérales. D’une part parce que celles-ci constituant un pré-requis indispensable à l’inscription au DEJEPS, et d’autre part, elles permettent au licencié intéressé par l’enseignement de se donner un temps de formation inscrit dans le durée et donc plus d’expérience et de maturité dans son futur rôle d’enseignant.

 

devenir commissaire | devenir arbitre | diplômesanimateur suppléant |
 | assistant club le CFEB | le CQP | le BPJEPS | le DEJEPS | le DESJEPS |

Comment devenir Animateur Suppléant

A - Positionnement de la qualification et prérogatives d'exercice 

« Animateur suppléant » est une qualification fédérale, délivrée par les ligues, qui permet à son titulaire d'assister avec une réelle efficacité pédagogique un enseignant titulaire d'un certification lui conférant l'autonomie pédagogique pour l'enseignement du judo (BEES, DE, CQP et CFEB).

L'animateur suppléant est sous la dépendance fonctionnelle de cet enseignant qui est son tuteur, il intervient dans un cadre bénévole.

Il ne peut exercer que dans le cadre des activités de l'association où il est licencié.

Il peut intervenir seul en cas d'absence de l'enseignant pour cause de maladie, encadrement de compétition, formation continue fédérale, empêchement exceptionnel.

Ce remplacement occasionnel ne pourra excéder une période continue d'un mois.

Au-delà de ce délai les responsables du club devront faire appel aux services d'un enseignant dont la qualification sera reconnue par la ligue.

Cette qualification ne permet pas de délivrer des grades.

B - Parcours de formation

Le titre d'animateur suppléant est obtenu après:

  • un stage pédagogique d'une durée minimale de 50 heures effectué dans une association affiliée à la F.F.J.D.A.. L'expérience est attestée par l'enseignant responsable, tuteur de l'animateur suppléant.
  • une formation organisée par la ligue d'une durée minimale de 30 heures,
  • une évaluation finale organisée par l'IRFEJJ

C - Exigences préalables à l'entrée en formation

  • être présenté(e) par le président et le professeur du club où le candidat est licencié,
  • être titulaire de la qualification d'assistant club (sauf pour les candidats au moins 1er dan qui en seront dispensés),
  • être âgé d'au moins 18 ans au jour de l'évaluation finale,
  • être au moins ceinture marron,
  • être licencié(e) à la F.F.J.D.A. pour l'année en cours,
  • être titulaire d'un passeport sportif en cours de validité,
  • être titulaire du PSC1 ou l'AFPS. 
  • être au moins ceinture marron,
  • être licencié(e) à la F.F.J.D.A. pour l'année en cours,
  • être titulaire d'un passeport sportif en cours de validité,
  • être titulaire du PSC1 ou l'AFPS. 

C - Programme de formation

  • les habiletés techniques fondamentales et le programme technique de la Méthode Française d'Enseignement (de la ceinture blanche à la ceinture marron),
  • 5 séries du nage no kata,
  • la séance type de judo et l'utilisation des procédés d'apprentissage pour chacune des trois périodes de la Méthode Française d'Enseignement,
  • la conception et la conduite d'un cycle d'un mois sur chacune des trois périodes de la Méthode Française d'Enseignement,
  • droits, devoirs et responsabilité de l'éducateur,
  • hygiène et sécurité dans les dojo, conduite à tenir en cas d'accident,
  • historique et finalités du judo (l'éducation par le judo),
  • les bases du fonctionnement réglementaire du club,
  • le système fédéral (organisation, licence, assurances, passeport, activités proposées aux différents âges, systèmes de formation des enseignants).

D - Compétences attendues

Au terme de la formation les candidats devront :

  • être capable de préparer et de conduire un cycle de séances d'une durée d'un mois, sur chacune des 3 périodes de la Méthode Française d'Enseignement,
  • être capable de conseiller et de corriger individuellement les élèves sur leurs réalisations techniques,
  • être capable de démontrer les principales habiletés techniques fondamentales et le programme technique de la Méthode Française d'Enseignement (jusqu'à la ceinture marron et comprenant les 5 séries du Nage no kata),
  • être capable de participer à l'accompagnement de collectifs sur des animations et des compétitions,
  • être capable d'encadrer une compétition comme commissaire sportif ou comme arbitre,
  • être capable de présenter oralement l'activité, son historique et ses finalités,
  • être capable d'assurer la sécurité lors de la pratique au niveau des individus et de l'environnement matériel. 

E - Évaluation finale

L'évaluation finale se déroulera sur une épreuve d'au moins une heure en situation réelle d'enseignement suivi d'un entretien.

Les candidats présenteront à cette occasion un dossier pédagogique composé d'une dizaine de grilles de séances qu'ils auront dirigées durant leur stage en club.

Les candidats au moins 2e dan, pourront accéder directement à l'évaluation finale sous réserve qu'ils correspondent aux exigences préalables d'entrée en formation demandées aux autres candidats et que le directeur technique de l'association atteste d'une expérience pédagogique en tant qu'assistant d'au moins 50 heures. 

F - Dispositions générales

La décision d'intervention en autonomie pédagogique d'un animateur suppléant relève de l'autorité du président de l'association ou de son représentant mandaté à cet effet.

  • un responsable de l'association devra être présent lors des interventions de l'animateur suppléant,
  • pour conserver leur qualification les animateurs suppléants doivent participer à au moins 20 heures de formation continue organisées ou reconnues par l'IRFEJJ, sur la saison sportive,
  • un fichier des animateurs suppléants sera tenu au niveau régional avec un suivi annuel des populations. Ces informations seront communiquées à la commission nationale de la formation,
  • les animateurs suppléants seront invités aux stages de formation continue organisés par l'IRFEJJ,
  • la valorisation de l'expérience acquise sera prise en compte pour accéder à des qualifications supérieures. 

G - Coût de la formation

Coût de formation: 70€*

*montant mentionné à titre indiquatif

 

devenir commissaire | devenir arbitre | diplômesanimateur suppléant |
 | assistant club le CFEB | le CQP | le BPJEPS | le DEJEPS | le DESJEPS |

 

Comment devenir Assistant Club

A - Positionnement de la qualification

« Assistant-club » est une qualification fédérale, délivrée par les ligues, qui permet à son titulaire d’assister avec une réelle efficacité pédagogique et en sa présence, un enseignant titulaire d’une certification lui conférant l’autonomie pédagogique pour l’enseignement du judo- jujitsu (B.E.E.S., C.F.E.B.).

L’assistant-club est sous la dépendance fonctionnelle de cet enseignant qui est son tuteur, il ne peut intervenir seul.

Il ne peut exercer que dans le cadre des activités de l’association où il est licencié.

Cette qualification ne permet pas de délivrer de grade.

B - Parcours de formation

Le titre d’assistant-club est obtenu après :

– un stage pédagogique d’une durée minimale de 50 heures effectue dans une association affiliée à la F.F.J.D.A.,

– une formation organisée par la ligue régionale d’une durée minimale de 30 heures,

– une évaluation finale.

C - Exigences préalables à l’entrée en formation

– être présenté(e) par le président et le professeur du club où le candidat est licencié,

– être au moins cadet(ette) 1 année,

– au moins ceinture marron,

– être licencié(e) à la F.F.J.D.A. pour l’année en cours,

– être titulaire d’un passeport sportif en cours de validité.

D - Organisation pédagogique des formations

La formation est organisée par l’E.R.J.J. qui peut déléguer certaines séquences à des comités départementaux.

La formation se déroule en alternant des séquences de stage pédagogique en club sous la responsabilité du professeur, tuteur pédagogique et des séquences de formation pratiques et théoriques organisées par la ligue régionale.

Chaque candidat est titulaire d’un carnet de formation qui présente le contenu de la formation et les enseignements suivis.

Le tuteur pédagogique y attestera de la réalisation du stage en club et fournira une évaluation sur le comportement du candidat lors de ce stage.

Ce carnet sera remis au jury de l’évaluation finale.

E - Programme de formation

– les principales habiletés techniques fondamentales debout et au sol,

– le programme technique de la Méthode Française d’Enseignement (de la ceinture blanche à la ceinture marron),

– les 3 premières séries du nage no kata,

– la séance type de judo et l’utilisation des procédés d’apprentissage,

– l’analyse des situations d’enseignement : les interventions de l’enseignant et leur rapport avec l’activité des élèves,

– l’intervention pédagogique adaptée aux différents âges,

– droits, devoirs et responsabilité de l’éducateur,

– hygiène et sécurité dans les dojo, conduite à tenir en cas d’accident,

– historique et finalités du judo (l’éducation par le judo),

– les bases du fonctionnement réglementaire du club,

– le système fédéral (organisation, licence, assurances, passeport, activités proposées aux différents âges, systèmes de formation des enseignants...).

F - Compétences attendues

Au terme de la formation les candidats devront :

– être capable d’analyser le déroulement de séances (préparées par et/ou avec le tuteur) recouvrant les 3 périodes de la Méthode Française d’Enseignement,

– être capable de concevoir, conduire et évaluer des séquences d’enseignement (parties de séance) adaptées aux besoins et possibilités des différents âges,

– être capable de conseiller et de corriger individuellement les élèves sur leurs réalisations techniques à partir des observables communiqués par le tuteur,

– être capable de démontrer les principales Habiletés Techniques Fondamentales et le programme technique de la Méthode Française d’Enseignement (jusqu’à la ceinture marron et comprenant les 3 premières séries du Nage no kata),

– être capable de participer à l’accompagnement de collectifs sur des animations et des compétitions,

– être capable d’encadrer une compétition comme commissaire sportif ou comme arbitre,

– être capable de présenter oralement l’activité et ses finalités.

– être capable d’assurer la sécurité lors de la pratique au niveau des individus et de l’environnement matériel.

G - Évaluation finale

Les modalités de l’évaluation finale sont arrêtées par les formateurs au niveau régional.

H - Dispositions générales

Pour conserver leur qualification les assistants-club doivent participer à au moins 10 heures de formation continue sur la saison sportive.

– les assistants-clubs qui perdent leur qualification en seront informés par la ligue. Cette information sera également transmise au président de l’association,

– un fichier des assistants-club sera tenu au niveau régional avec un suivi annuel des populations. Ces informations seront communiquées à la commission nationale de la formation,

– les assistants-club seront invités aux stages de formation continue organisés par l’E.R.J.J.,

– la valorisation de l’expérience acquise, en tant qu’assistant-club, sera prise en compte pour accéder à des qualifications supérieures.

I - Coût de la formation

Coût de formation: 50€*

*montant mentionné à titre indiquatif

 

devenir commissaire | devenir arbitre | diplômesanimateur suppléant |
 | assistant club le CFEB | le CQP | le BPJEPS | le DEJEPS | le DESJEPS |

 

Le CFEB

Certificat Fédéral pour l'Enseignement Bénévole

A - Positionnement de la certification

Le certificat fédéral pour l’enseignement bénévole autorise son possesseur à enseigner, dans une seule association, en autonomie pédagogique, le judo-jujitsu à titre bénévole.

La délivrance du certificat est valable une saison sportive. En cas très exceptionnel une dérogation pour intervenir sur plusieurs associations pourra être donnée par le Président de ligue après avis du responsable de l’E.T.R.

Il permet de délivrer les grades jusqu’à la ceinture marron.

Ce dispositif dérogatoire au B.E.E.S. sera strictement contrôlé par les ligues (Écoles Régionales de judo-jujitsu).

Il vise en priorité à répondre aux besoins d’encadrement des petites associations (surtout en zone rurale) qui ne peuvent, dans un premier temps, recourir aux services d’un enseignant titulaire du B.E.E.S.

Le candidat sera alors inscrit à la formation par le président de l’association (le demandeur) auprès de la ligue.

Il permet également d’intervenir dans une association où exerce un titulaire du B.E.E.S. de judo-jujitsu lorsque celui-ci ne peut assurer tous les cours.

Dans le cas où le candidat est amené à intervenir dans une association où exerce un titulaire du B.E.E.S., ce dernier co-signera obligatoirement la demande d’inscription à la formation et deviendra le tuteur du certifié.

Le certificat est renouvelable sur demande du président de l’association. Une obligation de participer à la formation continue organisée ou reconnue par la l’E.R.J.J., conditionne ce renouvellement.

B - Parcours de formation

Le certificat fédéral pour l’enseignement bénévole est obtenu après :

– une expérience pédagogique, sous le contrôle d’un tuteur reconnu par la ligue, d’une durée minimale de 50 heures dans une association affiliée à la F.F.J.D.A.,

– une formation fédérale d’une durée minimale de 35 heures,

– un examen final ;

C - Exigences préalables à l’entrée en formation

  1. Inscription à la formation par l’intermédiaire du président de l’association (et du professeur quand il y en a un) dans laquelle interviendra le candidat (formulaire délivré par les ligues),
  2. Age minimum 18 ans au moment de l’inscription,
  3. Attestation du grade minimum de ceinture noire 1er dan de judo- jujitsu délivré par la Commission spécialisée des dan et grades équivalents,
  4. Titulaire de l’Attestation de Formation aux Premiers Secours,
  5. Extrait no 3 du casier judiciaire ou pièce identique certifiée exacte pour les étrangers,
  6. Certificat médical de non contre indication à la pratique et a l’enseignement du judo-jujitsu,
  7. Engagement sur l’honneur d’enseigner à titre bénévole,
  8. Licencié à la F.F.J.D.A. pour l’année en cours,
  9. Passeport sportif en cours de validité,
  10. Curriculum vitæ mentionnant notamment le cursus judo, les diplômes obtenus et les motivations du candidat.

Les dossiers de candidatures transiteront par les comités départementaux.

D - Positionnement

Avant l’entrée en formation, un positionnement sera proposé aux candidats.

Le jury en fonction des niveaux techniques, pédagogiques et des qualifications acquises par les candidats pourra alléger ceux-ci de tout ou partie du stage pédagogique et de la formation.

Compétences attendues :

Au terme de la formation les candidats devront :

E - Sur le plan technique

– être capable de démontrer avec précision les habiletés techniques fondamentales debout et au sol,

– être capable de démontrer avec précision, l’ensemble du programme technique du premier dan d’expression technique dans ses deux options,

– être capable de démontrer avec habileté les procédés d’apprentissage (tendoku renshu, uchi komi, nage komi) et les exercices d’application (kakari geiko, yaku soku geiko, randori),

– être capable d’expliciter la terminologie japonaise.

F - Sur le plan pédagogique

– être capable d’expliciter les connaissances pédagogiques de base appliquées au judo-ju jitsu (entraide, sécurité active, respect des partenaires, organisation du dojo, conduite au dojo...),

– être capable d’énoncer les éléments relevant de la déontologie, de l’éthique et de la responsabilité de l’éducateur physique,

– être capable de préparer et de conduire un cycle de séances d’une durée d’une année sur chacune des 3 périodes de la Méthode Française d’Enseignement,

– être capable de choisir une stratégie d’intervention pédagogique en justifiant son intervention et ses limites en fonction du contexte et du public,

– être capable de diriger et d’évaluer des séances adaptées et dosées (alternances effort et contre effort, apprentissages formels et exercices d’application avec évolution de l’opposition),

– être capable de conseiller et de corriger individuellement les élèves sur leurs réalisations techniques et de les orienter sur les différentes possibilités d’expression du judo-jujitsu,

– être capable d’organiser les passages de grade au sein du club,

– être capable d’organiser et de réguler un échange oral avec un groupe d’élèves,

– être capable d’accompagner des collectifs sur des animations et des compétitions,

– être capable d’organiser une rencontre interclubs,

– être capable de présenter oralement l’activité, son historique et ses finalités,

– être capable d’assurer une stricte sécurité lors de la pratique au niveau des individus et de l’environnement matériel,

– être capable de conduire et réguler des séances et des cycles visant à une amélioration raisonnée et équilibrée du potentiel physique des pratiquants : renforcement musculaire (sans matériel et avec petit matériel uniquement), amélioration du potentiel aérobie, assouplissements, adresse et coordination).

G - Sur le plan administratif et réglementaire

– être capable d’énoncer les normes techniques et réglementaires relatives à l’environnement matériel pour une pratique sécuritaire : tapis, protections, judogi, vestiaires, sécurité des installations ; sur la base des textes en vigueur,

– être capable d’exécuter les tâches liées à l’inscription des licenciés au club et aux activités fédérales (licences, passeports, engagements aux activités fédérales),

– être capable d’expliciter les données élémentaires relatives à la vie statutaire des associations,

– être capable d’énumérer les démarches administratives liées à la création d’un club et à son affiliation à la F.F.J.D.A.,

– être capable d’identifier les différents partenaires (structures fédérales, services de l’État, collectivités territoriales, secteur privé, etc.),

– être capable d’énoncer les principales dispositions légales en matière de protection de la santé des sportifs et de la lutte contre le dopage,

– être capable d’énoncer les obligations en matière d’assurance,

– être capable d’énoncer la conduite à tenir en cas d’accident survenu dans le dojo,

– être capable d’énoncer les dispositifs de formations initiales et continues destinés aux enseignants de judo-jujitsu.

– être capable d’arbitrer une compétition officielle,

– être capable d’orienter chaque élève vers les animations, les compétitions et domaines d’activités qui lui conviennent (motivations/capacités).

H - La formation

Durée 95 heures dont:

  • 45 heures à la ligue
  • 50 heures en entreprise
  • Participation aux stages de formation continue reconnues par l’IRFEJJ

Contenu

  • La méthode française d’enseignement de Judo Ju-jitsu
  • La séance de Judo Ju-jitsu
  • Les différents publics du club
  • Réglementation
  • L’observation des pratiquants et les progressions d’enseignement
  • Perfectionnement technique

Tarif

Coût de la formation: 200€ (montant mentionné à titre indiquatif)

I - Évaluation finale

L’examen sanctionnant la formation comporte trois épreuves :

  1. Épreuve pédagogique (coefficient 1)

Intervention pédagogique d’au moins 30 minutes devant un groupe d’au moins dix élèves sur un sujet tiré au sort, suivi d’un entretien avec le jury (durée minimale 10 minutes).

  1. Épreuve technique (coefficient 1)

– Démonstration et explication de techniques debout et au sol, tirées au sort dans le programme du premier dan d’expression technique (durée maximale 20 minutes),

– Démonstration du Nage no kata.

  1. Épreuve orale (coefficient 1)

Exposé suivi d’un entretien sur une ou plusieurs questions relevant du domaine administratif et réglementaire. (durée minimale 15 minutes)

Toute note inférieure ou égale à 6 pourra être déclarée éliminatoire.

Pour être déclarés reçus les candidats devront obtenir la moyenne sur l’ensemble des trois épreuves.

J - Divers

L’obligation de formation, organisée ou reconnue par l’E.R.J.J. pour prolonger d’un an l’autorisation d’enseigner, est d’une durée minimale de 20 heures par saison sportive.

Cette prolongation est reconductible.

Les certifiés qui perdent leur qualification en seront informés par la ligue. Cette information sera également transmise au président de l’association.

Un fichier des certifiés sera tenu au niveau régional avec un suivi annuel des populations. Ces informations seront communiquées à la commission nationale de la formation.

 

devenir commissaire | devenir arbitre | diplômesanimateur suppléant |
 | assistant club le CFEB | le CQP | le BPJEPS | le DEJEPS | le DESJEPS |

 

Le CQP MAM

Le CQP est un diplôme de la branche professionnelle. Il n’est donc pas référencé sur l’échelle des niveaux de formations comme le sont les diplômes d’Etat (BPJEPS, DEJEPS, DESJEPS…) et les diplômes universitaires (Licence, Master…).

L’habilitation de la ligue d’Alsace de Judo pour mettre en place la formation et l’examen pour l’obtention du CQP a été reconnue par la Confédération Française d’Arts Martiaux (CFAM) le 07 juin 2010.

Il est valable 5 ans et renouvelable. Ce diplôme permet de répondre à l’encadrement à temps partiel non couvert par les titulaires d’un diplôme d’encadrement de niveau 4 et supérieur.

Il s’adresse aux personnes souhaitant exercer une fonction salarié d’encadrement d’un art martial à titre d’activités accessoires. En effet, une personne titulaire du CQP ne peut enseigner plus de 300H par an. Il ne peut pas exercer son activité d’enseignant dans le secteur du tourisme, ni dans les milieux scolaires (accompagnement éducatif…).

Le titulaire du CQP enseigne auprès de tous les publics l’activité judo-jujitsu pour laquelle il a obtenu le diplôme. Il peut délivrer des grades jusqu’à la ceinture marron et aussi préparer les pratiquants à la ceinture noire 1er dan. Ces interventions ne peuvent pas être ciblées sur le perfectionnement et la préparation de sportifs qualifiés.

Il permet à son titulaire d’enseigner le judo contre rémunération, d’assurer l’initiation mais aussi la pratique de loisirs des judoka

Dossier d'inscription 2017/2018 à télécharger ici et retourner COMPLET au plus tard le vendredi 20 septembre 2017

A - Les bonnes raisons de choisir le CQP

Pour les animateurs ou futurs animateurs,
a. Pouvoir animer contre rémunération
b. Pour développer vos compétences
c. Pour obtenir une première qualification

Pour les dirigeants d’association
a. Pour offrir à vos adhérents une pratique sécurisée
b. Pour diversifier votre offre d’activités

B - Compétences certifiées

  • assurer une pratique sécuritaire visant l’intégrité physique et psychologique de toutes les catégories de pratiquants,
  • prendre en compte les caractéristiques des différents publics afin d’adapter l’enseignement aux capacités psychologiques, physiques et physiologiques des élèves,
  • veiller à la sécurité matérielle et l’hygiène des espaces de travail,
  • établir des choix techniques à utiliser pour les différents publics et dans les modalités de la pratique (gestion des phases d’opposition …)

C - Référentiel de certification

Chacune des UC doit être acquise.

  1. UC 1: Être capable de concevoir un projet d'enseignement 

a. Être capable de mobiliser les connaissances anatomiques, biomécaniques et physiologiques dans le cadre de la pratique de la mention concernée

b. Être capable de mobiliser les connaissances spécifiques de la pratique

c. Être capable de mobiliser les connaissances pédagogiques pour une action d’enseignement

d. Être capable de concevoir une action d’enseignement

  1. UC 2 :Être capable de mettre en oeuvre un projet d'enseignement dans sa mention 

a. Être capable d’encadrer un groupe de pratiquants de la mention concernée dans le cadre d’une action d’enseignement

b. Être capable de préparer un pratiquant ou un groupe de pratiquants à un examen de grades et à un premier niveau de compétition.

c. Être capable de faire preuve de la maîtrise technique et pédagogique nécessaire à la transmission des techniques .

  1. UC 3 : Être capable de participer au fonctionnement de la structure

a. Être capable de comprendre le fonctionnement associatif de la structure employeur

b. Être capable de comprendre les relations entre la structure employeur et ses différents partenaires.

c. Être capable de participer aux actions de promotion et de développement d’un club 

D - Exigences préalables à l'entrée en formation

  • Etre titulaire du grade minimum de ceinture noire 1er dan judo jujitsu. Le grade de 2ème doit être homologué avant l’examen final
  • Avoir 18 ans à la certification finale et 16 ans minimum à l’entrée en formation
  • Etre titulaire d’une attestation de premiers secours (PSC1) ou d’une autre qualification admise en équivalence (AFPS, BNS…) ;
  • Présenter un certificat médical de non contre-indication à la pratique et à l’enseignement du Judo Jujitsu datant de moins de trois mois
  • Avoir un plan de financement, au plus tard le jour du début de la formation

E - Épreuve de sélection

Elle est composée de :

  • Un entretien de 15 minutes, à partir d’un document écrit relatant l’(les)expérience(s) du candidat dans la mention, d’un C.V. et d’une lettre de motivation.
  • Démonstration de tout ou partie du Nage No Kata (UkeTori).
  • Kakari-Geiko (2 x 2 minutes Uke et Tori avec des partenaires différents) en Tachi-Waza et Ne- Waza.
  • 3 randori de 4 minutes avec des partenaires différents (2 debout et 1 au sol).  

F - Durée de la formation

La Formation CQP est d’une durée totale de 218 Heures réparties de la façon suivante:

  • 5h de positionnement
  • 153h en Centre dont 48h en regroupement Grand Est
  • 20h de formation complémentaire à suivre entre l’E-learning et les stages du plan régional de formation
  • 40h de Stage Pédagogique dans une association agréée avec un tuteur labellisé par l’IRFEJJ
  • Suivi et évaluations formatives tout au long de l’année

La présence des stagiaires sera également requise sur diverses manifestations régionales en cours de saison. Le calendrier complet, sera communiqué aux stagiaires au début de la formation, ainsi que le ruban pédagogique. 

G - Coûts pédagogiques de la session de formation

  • Stagiaire prenant en charge personnellement sa formation: 1 500€* 
  • Stagiaire pris en charge par un OPCA : 1 800€* 
  • Stagiaire pris en charge par Pôle emploi : 1 800€* 
  • Etudiant/Demandeurs d’emploi sans financements: 1 200€*
  • Parcours allégés étudiants STAPS et jeunes de Pôles: 600€*

*montant mentionné à titre indiquatif

H - Aides au financement

Différents dispositifs en vigueur dans le domaine de la formation professionnelle permettent aux stagiaires de bénéficier de prises en charge ou d’aides. Vous êtes invités à prendre contact avec les organismes financeurs selon votre situation (Pôle Emploi, Mission Locale, OPCA, … )

I - Equivalence CQP APAM - CQP MAM

PROCÉDURE

Depuis l’arrêté du 23 mai 2016, le CQP APAM est remplacé par la CQP Moniteur d’Arts Martiaux (MAM).

Les titulaires du CQP APAM doivent donc faire la démarche de demander l’équivalence du nouveau diplôme CQP MAM Mention « judo-jujitsu » auprès de la Fédération.

Cette démarche simple et gratuite est importante car :

  • Les titulaires d’un CQP APAM doivent obligatoirement passer un  Certificat d’aptitude à l’exercice de la fonction d’Assistant Professeur d’Arts Martiaux au bout de 5 ans, sans quoi leur diplôme n’est plus valable et ils ne peuvent plus se faire délivrer de carte professionnelle. Ce n’est plus le cas avec le CQP MAM.
  • Par ailleurs les titulaires du CQP MAM obtiennent par équivalences les UC 1 et 3 du BPJEPS, ce qui n’est pas le cas avec le CQP APAM !

Pour ceux qui n’ont pas encore fait la démarche, il faut renvoyer le formulaire joint complété avec copie de votre diplôme :

  • soit par email à  formation@ffjudo.com
  • soit par courrier postal à : FFJDA  – service formation – 21/25 avenue de la Porte de Chatillon 75014 PARIS

Une campagne d’édition des diplômes est organisée depuis septembre 2016, tous les trois mois, par la branche professionnelle à partir des imprimés reçus au siège de la fédération.

Veuillez trouver également, ci-dessous, l’arrêté ministériel du 18 juillet 2016 qui permet de voir reconnues, aux nouveaux titulaires du CQP MAM, les mêmes conditions d’entrée en formation que les titulaires du CQP APAM, notamment pour les candidats qui souhaitent prolonger directement leur cursus de formation par un BPJEPS judo jujitsu.

 

devenir commissaire | devenir arbitre | diplômesanimateur suppléant |
 | assistant club le CFEB | le CQP | le BPJEPS | le DEJEPS | le DESJEPS |

 

Le BPJEPS

Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport

Type de formation: Certification

Niveau de sortie: niveau IV (BP, BT, baccalauréat professionnel ou technologique)

A - Titre du diplôme

BPJEPS Judo Jujitsu

Le BPJEPS est un diplôme classé au niveau IV du répertoire national des certifications professionnelles (niveau équivalent au Baccalauréat). 

B - Caractéristiques et objectifs du diplôme

Le Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport, spécialité Judo-Jujitsu, est un diplôme de niveau IV, c’est-à-dire de niveau BAC.
Avec ce diplôme, le titulaire peut exercer le métier de professeur de Judo-Jujitsu. Il peut exercer en toute autonomie les missions suivantes :

  • enseigner et encadrer tout type de public aux différentes pratiques du Judo, Jujitsu, Taïso
  • concevoir des actions pédagogiques amenant à découvrir les activités du Judo-Jujitsu
  • mettre au point des actions d’éveil, de découverte, d’initiation et d’apprentissage auprès des participants
  • assurer la sécurité des participants
  • intervenir auprès de publics spécifiques (personnes en situation de handicap)

C - Formation et modalités d'inscription

Conditions d’accès au BPJEPS Judo-Jujitsu

Les candidats souhaitant accéder au BPJEPS spécialité Judo-Jujitsu doivent répondre à plusieurs critères 

  • Être âgé de 18 ans
  • Être titulaire du PSC1 ou de son équivalent
  • Posséder le 1er dan Judo Jujitsu

Durée de la formation

La formation BPJEPS spécialité Judo-Jujitsu s’étend sur une durée de 10 semaines de formation en centre.

Comment obtenir le diplôme ?

L’obtention du diplôme BPJEPS spécialité Judo-Jujitsu peut s’effectuer par :

  • Une Validation des Acquis de l’Expérience
  • La validation des Unités Capitalisables
  • La validation d’un examen composé d’épreuves ponctuelles

D - Les unités capitalisables

Réforme 4 Unités Capitalisables

Deux Unités Capitalisables transversales et communes à toutes les spécialités

UC1 : Encadrer tout public dans tout lieu et toute structure.

Il sera demandé au candidat d’acquérir les capacités suivantes : Communiquer dans les situations de la vie professionnelle, Prendre en compte les caractéristiques des publics dans leurs environnements dans une démarche d’éducation à la citoyenneté, Contribuer au fonctionnement d’une structure.

UC2 : Mettre en œuvre un projet d’animation s’inscrivant dans le projet de la structure.

Au cours de cette UC, le candidat devra apprendre à Concevoir, conduire et évaluer un projet d’animation.

Deux Unités Capitalisables propres à la mention judo-jujitsu

UC3 : Concevoir une séance, un cycle d’animation ou d’apprentissage dans le champ de la mention judo-jujitsu jusqu’au premier niveau de compétition fédérale.

L’UC permettra de vérifier les compétences du candidat pour Concevoir, conduire et évaluer la séance, le cycle d’animation ou d’apprentissage.

UC4 : Mobiliser les techniques de la mention judo-jujitsu pour mettre en œuvre une séance ou un cycle d’apprentissage jusqu’au premier niveau de compétition fédérale.

Cette UC sera validée par les objectifs suivants : Conduire une séance ou un cycle en utilisant les techniques de l a mention, Maîtriser et faire appliquer les règlements de la mention, Garantir des conditions de pratique en sécurité.

Réforme 10 Unités Capitalisables

10 Unités Capitalisables doivent être validées pour pouvoir obtenir le diplôme BPJEPS spécialité Judo-Jujitsu. Ces 10 Unités Capitalisables se répartissent sur trois axes.

Quatre Unités Capitalisables transversales :

  • UC 1 : Être en mesure de communiquer pendant les situations de la vie professionnelle
  • UC 2 : Savoir relever les particularités des participants pour préparer une action éducative
  • UC 3 : Prépare un projet et son évaluation
  • UC 4 : Participer au fonctionnement de la structure

Cinq Unités Capitalisables relatives à la spécialité Judo-Jujitsu

  • UC 5 : Mettre en place une action d’animation en Judo-Jujitsu
  • UC 6 : Encadrer un groupe dans un projet d’animation Judo-Jujitsu
  • UC 7 : Réunir les connaissances utiles à la conduite de l’activité Judo-Jujitsu auprès de tout type de public
  • UC 8 : Conduire une action d’apprentissage en Judo-Jujitsu
  • UC 9 : Maîtriser les outils techniques issus des principes fondamentaux

L’Unité Capitalisable d’adaptation

  • UC 10 : Savoir évaluer et comparer les différents statuts professionnels et s’adapter au monde de l’emploi

E - Les métiers accessibles grâce au BPJEPS

Avec l’obtention du BPJEPS spécialité Judo-Jujitsu, son titulaire peut pratiquer le métier de professeur de Judo-Jujitsu. Il a la possibilité d’exercer dans des structures telles que les collectivités territoriales, les associations sportives, les organismes de vacances, les écoles, les comités d’entreprise, les centres de loisirs.

F - Coûts pédagogiques de la session de formation

  • Stagiaire prenant en charge personnellement sa formation: 5 200€* 
  • Stagiaire pris en charge par un OPCA : 6 200€* 
  • Stagiaire pris en charge par Pôle emploi : 6 200€* 
  • Parcours allégé des UC 1 et 3: 3 520€* 
  • Parcours allégé des UC 1, 2 et 3: 3 020€*

*montant mentionné à titre indiquatif

G - Dispositifs d'aide financière

Différents dispositifs en vigueur dans le domaine de la formation professionnelle permettent aux stagiaires de bénéficier de prises en charge ou d’aides. Prenez contact avec les organismes financeurs selon votre situation (Pôle Emploi, Mission Locale, OPCA, … )

H - Dossier de candidature session 2018-2019

Les tests de sélection auront lieu Le 9 décembre 2017 – lieu à déterminer

Convocation adressée à réception du dossier complet (à télécharger ici et à retourner COMPLET au plus tard le vendredi 3 novembre 2017)

I - Employeurs potentiels

 - Collectivités territoriales type services municipaux des sports et/ou de la jeunesse.

- Associations sportives et/ou socio-éducatives organisant des APT et du judo

- Etablissements divers d’APS, établissements de santé...

- Groupements d’employeurs

J - Évolution de carrière

Possibilité de se présenter au concours ETAPS, (Educateur territorial des APS) concours de catégorie B, donnant accès à la fonction publique territoriale.

La formation professionnelle continue offre la possibilité de promotion sociale vers des qualifications de niveaux supérieurs (III, II,) permettant d’accéder à des postes de responsabilités dans les différentes structures, la coordination d’équipe, la gestion, la conception de projets de développement territoriaux, ou vers la formation de cadre.

 

devenir commissaire | devenir arbitre | diplômesanimateur suppléant |
 | assistant club le CFEB | le CQP | le BPJEPS | le DEJEPS | le DESJEPS |

 

Le DEJEPS

Diplôme d’État de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport

Type de formation : Certification

Niveau de sortie : niveau III (BTS, DUT)

Formation ouverte à l’apprentissage..

A - Objectifs

Le titulaire du DEJEPS judo occupe des fonctions de responsable technique et pédagogique en club ou en structure fédérale.

Il est un entraîneur capable d'encadrer des sportifs jusqu'au niveau national. C'est un expert de l'enseignement auprès de tous types de publics notamment ceux présentant un handicap, les scolaires, les jeunes ou les seniors.

Le titulaire du DEJEPS mention JUDO – JU JITSU est responsable de l’enseignement et de la sécurité dans une structure associative, privée ou territoriale.

Les stagiaires en formation DEJEPS peuvent se présenter à l'examen du CQP. 

 IL A POUR MISSIONS :

  • D’animer un club : il est capable de proposer des activités diverses (Judo, Ju Jitsu, Taïso) adaptées à un public différencié (baby, enfants, adolescents, adultes seniors, personnes en situation de handicap) et en toute sécurité.
  • D’éduquer : il est capable de faire de l’apprentissage des techniques du Judo - Ju jitsu une action éducative socialisante et pédagogique. 
  • D’entraîner : il est capable de proposer une initiation à la compétition jusqu’au niveau régional et d’informer sur la filière d’accès au haut niveau, les pratiquants désirant faire de leur pratique une pratique compétitive.
  • De former : il est capable de former des stagiaires à l’enseignement du Judo – Ju Jitsu et de programmer un cycle d’enseignement.
  • De coordonner des projets : il est capable d’analyser le contexte institutionnel, concevoir un projet éducatif ou sportif et mettre en place les dispositifs permettant la réalisation de celui-ci.
  • De gérer : il est capable de mobiliser les ressources nécessaires au bon déroulement du ou des projets de l’association et notamment une équipe de bénévoles.
  • De représenter : il est capable de représenter son association auprès de l’État, des collectivités territoriales et des institutions diverses.
  • De communiquer : il est capable de mettre en place une stratégie de communication efficace pour la promotion de l’activité et de l’association.

B - Conditions d'accès

  • Etre titulaire de l'unité d'enseignement prévention et secours civique (PSC1)
  • Etre capable de justifier d'une activité d'enseignement d'au moins 300 heures au cours des trois dernières années (salarié ou bénévole). Se renseigner auprès de votre ligue ou du CREPS
  • Etre capable de justifier d'une expérience pédagogique de perfectionnement technique de judo-jujitsu
  • Etre capable d'attester une maitrise technique d'un niveau 2ème dan

C - Tests d'exigences préalables (TEP) :

Il est procédé à la vérification des exigences préalables au moyen de :

  • Production d'une attestation d'activité d'enseignement d'au moins 300 heures au cours des trois dernières années délivrée par le DTN (demande à effectuer auprès de la ligue).
  • Un test technique d'une durée de 30 minutes d'un niveau 2ème dan organisé par la FFJDA.
  • Un test pédagogique de 30 minutes consistant à conduire une séance de parfectionnement technique suivi d'un entretien d'une durée de 20 minutes. 

D - Dispenses

Est dispensé du test technique le candidat titulaire du 2ème dan de Judo.

Est dispensé de test pédagogique le candidat titulaire

  • du Brevet d'Etat 1er degré option Judo-Jujitsu
  • du certificat fédéral d'enseignement bénévole (CFEB) et du 2ème dan délivré par la FFJDA
  • du Brevet fédéral de moniteur 2ème degré délivré par la FSGT et 2ème dan délivré par la FFJDA
  • du CQP MAM (certificat de qualification professionnelle moniteur d'arts martiaux" mention "judo-jujitsu")

Est dispensé de l'attestation de l'activité d'enseignement, le sportif de haut niveau inscrit ou ayant été inscrit sur liste ministérielle

E - Épreuves de sélections

Un test technique d'une durée de 30 minutes d'un niveau 2ème dan 
Un test pédagogique de 30 minutes consistant à conduire une séance de parfectionnement technique suivi d'un entretien d'une durée de 20 minutes. 
Un entretien de motivation sur la base d'un CV (durée 30 minutes) 
Une épreuve écrite sur un sujet de culture générale lié au sport et au métier de l'encadrement sportif 

F - La formation

La formation complète de 1200 heures comprend

- 800 heures en centre (Institut National du Judo et CREPS), soit 28 semaines hors congés scolaires

-  400 h en entreprise (Clubs de judo, jujitsu ou comité régionnaux) 

  • UC 1 : être capable de concevoir un projet d'action
  • UC 2 : être capable de coordonner la mise en oeuvre d'un projet d'action
  • UC 3 : être capable de conduire une démarche de perfectionnement sportif dans une discipline
  • UC 4 : être capable d'encadrer la discipline sportive en sécurité

G - Coûts et financement

Frais d'inscription : 30 €*

Frais de sélection : 50 €*
Coût de la formation complète : 8560,00€* (pouvant être échelonnée sur toute la durée de la formation)

*montant mentionné à titre indiquatif

Financement

La formation peut être financée selon le statut du stagiaire (demandeur d'emploi et salarié)
Les aides possibles :
- Pour les demandeurs d'emploi : possibilité de prise en charge par le Conseil Régional, se renseigner auprès du secrétariat.
- Pour les salariés : se renseigner auprès de son employeur.
Si vous êtes demandeur d'emploi veuillez vous procurer une fiche de liaison "JMQ" auprès de votre conseiller pôle-emploi, mission locale, cap emploi ou le Conseil départemental.
Attention : les dossiers de financement auprès des OPCA (organisme paritaire auxquels votre employeur cotise) sont à déposer entre 3 à 6 mois avant l'entrée en formation

H - Informations complémentaires

Des aides à la formation sont possibles en fonction du statut du candidat.

Selon la nature de l'aide demandée, des démarches spécifiques sont à mener par le candidat et/ou par l'employeur auprès des organismes concernés.

Aides possibles à la formation pour les demandeurs d'emploi : possibilité de prise en charge par le Conseil Régional (formation conventionnée), se renseigner auprès du secrétariat du CREPS ou du coordonnateur.

Aides possibles à la formation pour les salariés
AGEFOS PME :
- financement possible par le plan de formation, décidé par l'employeur qui assume le coût de la formation et le salaire (formation pouvant être en dehors du champ d'activité du candidat),
- financement possible par la professionnalisation, l'employeur faisant la demande auprès de l'Organisme Paritaire Collecteur Agréé (formation devant être dans le champ d'activité du candidat).
FONGECIF :
- financement concernant des formations qui sont dans un champ d'activité autre que celui de l'entreprise, le candidat doit solliciter son employeur et obtenir son accord.

I - Le métier et ses débouchés

Le titulaire du diplôme accompagne des collectifs «jeunes» dans une logique de progression : initiation, perfectionnement, entraînement et compétition.
Celui-ci exerce son activité dans les associations ou les clubs d’entreprises. Il coordonne des «équipes» au sein d’une structure qu’il dirige en mettant au coeur de ses préoccupations : la qualité de l’enseignement délivré et la sécurité des pratiquants. Il propose un projet global en recherchant le développement de l’activité :
- lien social (quartiers, handicaps...)
- développement moteur (baby-judo)
- entretien physique (taïso)

 

devenir commissaire | devenir arbitre | diplômesanimateur suppléant |
 | assistant club le CFEB | le CQP | le BPJEPS | le DEJEPS | le DESJEPS |

 

Le DESJEPS

Diplôme d'Etat supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport

Type de formation : Certification

Niveau de sortie : niveau II (Bac +3 et 4)

A - Objectfs

Le titulaire du diplôme d'état supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport (DES JEPS) spécialité «performance sportive » a les compétences nécessaires pour devenir directeur sportif au sein d'associations sportives affiliées à une fédération sportive ou d'entreprises du secteur sportif professionnel. Il peut également présenter le concours de conseiller des activités physiques et sportives de la fonction publique territoriale. Le DESJEPS est destiné à terme, à remplacer le brevet d'état d'éducateur sportif (BEES) 2e degré.
La préparation à ce diplôme est assurée par des centres de formation agréés par les directions régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS). Pour tout renseignement consulter le site du Ministère des sports :www.sports.gouv.fr.

B - Le métier

L’article 2 de l’arrêté du 18 décembre 2008 relatif à la création de la mention « Judo – Jujitsu » du diplôme d’Etat Supérieur de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport, spécialité « performance sportive » présente les compétences principales du titulaires du DESJEPS :

  • Préparer le projet stratégique de performance en judo,
  • Piloter un système d’entraînement en judo – jujitsu,
  • Diriger le projet sportif,
  • Evaluer un système d’entraînement en judo – jujitsu,
  • Organiser des actions de formation de formateurs en judo jujitsu.

Le titulaire de ce diplôme conçoit un projet stratégique finalisé vers la performance sportive. Ce projet stratégique intègre la direction d’un projet sportif dans l’ensemble de ses dimensions (humaines, organisationnelles, sportives…..).

L’idée de projet se caractérise par la conception et la mise en œuvre d’une action d’entraînement ou de formation en passant par l’analyse stratégique du contexte sportif, la définition et la planification des objectifs jusqu’à la mise en œuvre des moyens financiers, matériels et humains.

L’idée de stratégie s’appuie sur une intention de coordination des actions des différents intervenants, au sein d’un projet formalisé afin d’aboutir au projet de performance. 

C - La qualification

  1. Fiche descriptive d’activités

Les activités professionnelles concernées sont classées en cinq grands groupes d’activités professionnelles non hiérarchisées entre elles :

Préparer le projet stratégique de performance dans un champ disciplinaire :

  • Il analyse les caractéristiques économiques, sociales, politiques et culturelles de la discipline de référence,
  • Il analyse les facteurs de la performance sportive individuelle ou collective dans son champ d’expertise,
  • Il met en place une veille stratégique sur le champ disciplinaire,
  • Il analyse l’impact des politiques publiques sur l’activité de l’organisation,
  • Il procède à des échanges dans le cadre de réseaux d’acteurs,
  • Il construit ses outils d’analyse de la performance dans son champ disciplinaire,
  • Il formalise des diagnostics stratégiques pour les élus de l’organisation,
  • Il partage les analyses stratégiques avec les instances dirigeantes,
  • Il mobilise les ressources internes dans la préparation d’un projet de développement sportif,
  • il anime une démarche d’ingénierie de projet,
  • Il conçoit une politique de détection des jeunes sportifs,
  • Il propose des scénarios de développement susceptibles de répondre à la demande des B11prescripteurs dans le cadre des objectifs sportifs,
  • Il formalise un projet de développement,
  • Il élabore les dossiers de financement,
  • Il prévoit une stratégie de mise en œuvre du projet de développement,
  • Il transmet l’information nécessaire à la prise de décision,
  • Il prépare les travaux des assemblées décisionnelles.

Piloter un système d’entraînement :  

  • Il organise le système de l’entraînement,
  • Il organise les différentes délégations,
  • Il définit les axes de la préparation physique des athlètes,
  • Il définit les axes de la préparation mentale des athlètes dans le respect de l’intégrité morale et physique de la personne,
  • Il conçoit une politique de suivi social et professionnel des sportifs dont il a la charge,
  • Il anticipe les évolutions en besoin de personnel pour le projet sportif,
  • Il accompagne l’équipe dans l’analyse de son organisation de travail,
  • Il négocie le plan de formation du personnel,
  • Il établit les budgets prévisionnels de la direction sportive,
  • Il organise le fonctionnement financier de la direction sportive,
  • Il organise la mise en œuvre des actions partenariales. 

Diriger le projet sportif :

  • Il dirige le système d’entraînement dans la discipline,
  • Il prescrit les organisations de travail des équipes,
  • Il veille au respect des différents protocoles de travail établis,
  • Il accompagne l’athlète vers l’optimisation de la performance,
  • Il encadre les athlètes dans le cadre de la compétition,
  • Il analyse le comportement de l’athlète dont il a la charge pendant la compétition,
  • Il analyse la performance de l’athlète dont il a la charge pendant la compétition,
  • Il analyse la performance des autres athlètes pendant la compétition,
  • Il met en œuvre des médiations d’ordre stratégique, technique, physique ou relationnel,
  • Il organise les échanges de pratique avec une équipe technique,
  • Il gère les relations sociales au sein de la direction sportive,
  • Il contrôle la mise en œuvre des procédures administratives au sein de la direction sportive,
  • Il contrôle les différentes procédures d’exécution budgétaire au sein de la direction sportive,
  • Il négocie avec les prestataires de l’organisation,
  • Il encadre un groupe dans la pratique de l’activité pour laquelle il est compétent,
  • Il réalise les gestes professionnels nécessaires à la sécurité des compétiteurs,
  • Il réalise en sécurité des démonstrations techniques dans la discipline pour laquelle il est compétent,
  • Il assure la sécurité des pratiquants et des tiers,
  • Il vérifie la conformité du matériel technique nécessaire à la réalisation de l’activité dans A24laquelle il est compétent,
  • Il vérifie la conformité des lieux de travail au regard des normes d’hygiène et de sécurité,
  • Il conduit des actions de relation publique,
  • Il gère la relation avec les médias. 

Evaluer le système d’entraînement :  

  • Il formalise les bilans sportifs,
  • Il conduit l’évaluation du système de travail,
  • Il procède à l’évaluation des membres de l’équipe technique,
  • Il rend compte de la mise en œuvre de la délégation,
  • Il évalue la pertinence du fonctionnement administratif de la direction sportive,
  • Il analyse le compte de résultat et le bilan annuel,
  • Il explique les écarts constatés entre les résultats et les objectifs fixés,
  • Il propose aux instances dirigeantes de nouvelles perspectives de développement. 

Organiser des actions de formation de formateurs dans le cadre des réseaux professionnels de l’organisation : 

  • Il conçoit des actions de formation adaptées aux besoins des réseaux professionnels de l’organisation,
  • Il coordonne la mise en œuvre des actions de formation de formateurs décidées,
  • Il anime des actions de formation de formateurs,
  • Il participe aux échanges professionnels dans le cadre de formation de formateur,
  • Il établit les comptes rendus et les bilans pédagogiques. 
  1. Le référentiel de certification 

Le référentiel de certification présente la liste des compétences que doivent acquérir les stagiaires en fin de formation. Il est constitué de 4 unités de certification (UC) à acquérir pour valider le diplôme. 

UC 1 EC de construire la stratégie d’une organisation du secteur

OI 11 EC de préparer la prise de décision

  • OI 111 EC d’organiser une veille en termes d’information dans le champ d’intervention de l’organisation dans le cadre de réseaux professionnels.
  • OI 112 EC d’analyser les caractéristiques économiques, sociales, politiques et culturelles du territoire de référence.
  • OI 113 EC d’analyser l’impact des politiques publiques sur l’activité de l’organisation.
  • OI 114 EC de formaliser des diagnostics stratégiques pour les élus de l’organisation.

OI 12 EC d’élaborer un projet de développement

  • OI 121 EC de veiller au respect des objectifs, des valeurs et des méthodes de l’organisation dans une perspective éducative.
  • OI 122 EC de mobiliser les ressources internes dans la préparation d’un projet de développement.
  • OI 123 EC d’animer une démarche d’ingénierie de projet.
  • OI 124 EC de formaliser un projet de développement.
  • OI 125 EC d’élaborer les dossiers de financement.

OI 13 EC de mobiliser les instances dirigeantes élues

  • OI 131 EC de transmettre l’information nécessaire à la prise de décision.
  • OI 132 EC d’exposer les alternatives stratégiques aux instances dirigeantes.
  • OI 133 EC de préparer les travaux des assemblées décisionnelles. 

UC 2 EC de gérer les ressources humaines et financières d’une organisation du secteur

OI 21 EC de gérer les ressources humaines d’une organisation du secteur

  • OI 211 EC de concevoir une stratégie de développement des ressources humaines.
  • OI 211 EC d’anticiper l’évolution des besoins en personnel.
  • OI 212 EC de négocier le plan de formation du personnel.
  • OI 213 EC de gérer les relations sociales au sein de l’organisation.
  • OI 214 EC de contrôler la gestion administrative du personnel.
  • OI 215 EC de procéder à l’évaluation des personnels.

OI 22 EC de gérer les ressources financières d’une organisation du secteur

  • OI 221 EC d’établir les budgets prévisionnels et les dossiers de financement.
  • OI 222 EC d’organiser le fonctionnement financier de l’organisation.
  • OI 223 EC de négocier avec les prestataires de l’organisation.
  • OI 224 EC de contrôler les différentes procédures d’exécution budgétaire.

OI 23 EC de rendre compte de la mise en œuvre de la délégation

  • OI 231 EC d’évaluer la pertinence des modes de fonctionnement de l’organisation.
  • OI 232 EC d’expliquer les écarts constatés entre les résultats et les objectifs fixés.
  • OI 233 EC d’élaborer des propositions d’évolutions possibles. 

UC 3 EC de diriger un système d’entraînement dans une discipline

OI 31 EC de concevoir le plan de performance sportive.

  • OI 311 EC d’analyser les facteurs de la performance sportive.
  • OI 312 EC de définir les objectifs de performance à court, moyen et long terme.
  • OI 313 EC de choisir les indicateurs de réussite intermédiaire.
  • OI 314 EC de définir une politique de détection des jeunes sportifs.
  • OI 315 EC d’organiser les échanges de pratique avec une équipe technique.

OI 32 EC de planifier la préparation de la performance sportive

  • OI 321 EC d’organiser la cohérence entre les différents temps de la préparation de la performance sportive.
  • OI 322 EC de définir les axes de la préparation physique des athlètes.
  • OI 323 EC de définir les axes de la préparation mentale des athlètes.
  • OI 324 EC de concevoir une politique de suivi social et professionnel des sportifs.

OI 33 EC d’accompagner l’athlète vers l’optimisation de la performance

  • OI 331 EC de diriger l’entraînement dans la discipline.
  • OI 331 EC de veiller au respect des différents protocoles de travail établis.
  • OI 332 EC d’encadrer les athlètes dans le cadre de la compétition.
  • OI 333 EC d’analyser le comportement de l’athlète pendant la compétition.
  • OI 334 EC de mettre en œuvre des médiations d’ordre stratégique, technique, physique ou relationnel.
  • OI 335 EC de gérer la relation avec les médias.

OI 34 EC de conduire l’évaluation du projet de la performance

  • OI 341 EC de formaliser les bilans sportifs.
  • OI 342 EC d’analyser les écarts constatés entre les résultats et les objectifs fixés.
  • OI 343 EC de proposer aux instances dirigeantes de nouvelles perspectives de développement.

OI 35 EC d’organiser des actions formatives dans le cadre des réseaux professionnels de l’organisation

  • OI 351 EC de concevoir des actions de formation adaptées aux besoins des réseaux professionnels de l’organisation.
  • OI 352 EC de coordonner la mise en œuvre des actions de formation décidées.
  • OI 353 EC d’animer des actions de formation.
  • OI 354 EC de participer aux échanges professionnels dans le cadre de formation de formateurs.
  • OI 355 EC d’évaluer des actions de formation. 

UC 4 EC d’encadrer la discipline sportive en sécurité

OI 41 EC de réaliser en sécurité les démonstrations techniques

  • OI 411 EC d’évaluer les risques objectifs liés à la pratique de la discipline.
  • OI 412 EC d’évaluer ses propres capacités à effectuer une démonstration technique.
  • OI 413 EC d’expliciter les différents éléments de la démonstration technique.

OI 42 EC de réaliser les gestes professionnels nécessaires à la sécurité des pratiquants

  • OI 421 EC d’évaluer les risques objectifs liés à l’activité pour le pratiquant.
  • OI 422 EC d’anticiper les risques potentiels pour le pratiquant.
  • OI 423 EC de maîtriser le comportement et les gestes à réaliser en cas d’incident ou d’accident.

OI 43 EC d’assurer la sécurité des pratiquants et des tiers

  • OI 431 EC d’évaluer les risques objectifs liés au contexte de pratique.
  • OI 432 EC d’anticiper les risques juridiques liés à la pratique et au milieu dans lequel il se pratique.
  • OI 433 EC d’assurer la sécurité passive des équipements.

D - Les conditions d'accès

Public concerné :

Cette formation s’adresse à des conseillers techniques fédéraux en exercice, salariés, titulaires d’un diplôme de niveau IV (BEES1 judo, jujitsu) ou de niveau III (DEJEPS mention judo, jujitsu). Il est impératif de ne prendre en formation que des stagiaires titulaires de l’un de ces 2 diplômes afin qu’ils bénéficient de l’allègement de formation et de certification de l’UC4.

L’orientation de la formation et la valence de la certification sont axées sur la formation de cadres (réf. de certification : UC3 - épreuve N°1+N°3)

L’objectif étant par le biais d’une formation qualifiante et diplômante de les amener au niveau II.

Les candidats doivent être d’un niveau technique minimum de 3ème DAN.

Ces mêmes candidats doivent être « tutorés » par un conseiller technique et sportif d’état en exercice dans la région où ils exercent leur activité professionnelle ; généralement le responsable de l’ETR.

L’accès à la formation est validé par des tests de sélection dont le contenu est précisé dans le livret référentiel. 

E - Les exigences préalables à l’entrée en formation

L’entrée en formation du candidat pour la mention « Judo-jujitsu » de la spécialité « performance sportive », est précédée d’exigences préalables conformément à l’article 3 de l’arrêté du 18 décembre 2008 et, prévues à l’article D. 212-60 du code du sport, sont les suivantes :

  • Etre capable de justifier d’une expérience d’encadrement en judo-jujitsu, dans le domaine du perfectionnement sportif ou de l’enseignement, d’une durée de quatre cent cinquante heures au minimum pendant au moins trois saisons sportives dans les cinq dernières années.
  • Etre capable d’effectuer une démonstration technique d’un niveau de 3° Dan.
  • Etre capable de diriger une séance pédagogique de perfectionnement dans la discipline judojujitsu.

Il est procédé à la vérification de ces exigences préalables au moyen :

  • De la production d’une attestation d’expérience d’encadrement délivré par le directeur technique national de Judo, Jujitsu, Kendo et disciplines associées.
  • D’un test technique de niveau 3° Dan d’une durée de trente minutes organisé par la Fédération Française de Judo, Jujitsu, Kendo et disciplines associées.
  • D’un test pédagogique organisé par la Fédération Française de Judo - Jujitsu consistant en la conduite d’une séance pédagogique de perfectionnement d’une durée de trente minutes suivi d’un entretien de vingt minutes dans la discipline Judo –Jujitsu.

La réussite à ces deux tests fait l’objet d’une attestation délivrée par le directeur technique national de la Fédération française de Judo, Jujitsu, Kendo et disciplines associées. 

F - Les dispenses des exigences préalables à l’entrée en formation

  • Le candidat titulaire du 3° Dan délivré par la Fédération Française de Judo, Jujitsu, Kendo et disciplines associées est dispensé de la vérification du test technique mentionné ci-dessus.
  • Le sportif de haut niveau de Judo inscrit ou ayant été inscrit sur liste ministérielle mentionnée à l‘article L.221-2 du code du sport est dispensé de la production de l’attestation d’encadrement définie ci-dessus.

G - La sélection des candidats

  1. Les tests de sélection

Après la vérification des exigences préalables, l’organisme de formation peut proposer d’autres épreuves de sélection dans le but :

  • De ne retenir que les candidats qui sont réellement motivés par l’enseignement et l’entraînement et qui possèdent les capacités nécessaires à l’exercice de ce métier
  • D’apprécier les connaissances générales du candidat sur l’activité.
  • D’accepter en formation un nombre optimal de candidats en adéquation avec les ressources et les capacités de l’organisme (nombre de places, conditions d’encadrement, matérielles…).

L’organisme de formation doit :

  • Communiquer aux candidats les modalités des tests retenus (contenu, date, durée, prix, lieu…).
  • Donner aux candidats non retenus des préconisations et des conseils de formation. 
  1. Les exigences préalables à la mise en situation pédagogique

Les exigences préalables à la mise en situation pédagogique sont les suivantes :

  •  être capable d’évaluer les risques objectifs liés à la pratique de la discipline.
  •  être capable d’évaluer les risques objectifs liés à l’activité pour le pratiquant.
  •  être capable de maîtriser le comportement et les gestes à réaliser en cas d’incident ou d’accident.
  •  être capable de mettre en œuvre une séance d’entraînement.

Il est procédé à la vérification de ces exigences préalables lors de la mise en place d’une séance d’entraînement d’une durée de trente minutes suivie d’un entretien d’une durée de vingt minutes. 

  1. Les dispenses aux exigences préalables à la mise en situation

Suivant l’article 6 de l’arrêté du 18 décembre 2008 portant création de la mention « judo-jujitsu » du diplôme d’Etat supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport spécialité « performance sportive », est dispensé de la vérification des exigences préalables définies à l’article 5 du même arrêté, le candidat titulaire de l’un des diplômes suivants :

  • Diplôme d’Etat de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport spécialité « perfectionnement sportif », mention « judo-jujitsu », et titulaire du 3e dan délivré par la Fédération française judo, jujitsu, kendo et disciplines associées, justifiant d’une expérience d’encadrement de trois cent soixante heures au minimum pendant au moins trois saisons sportives dans les cinq dernières années dans la discipline judo-jujitsu ;
  • Brevet d’Etat d’éducateur sportif du premier degré option « judo-jujitsu » et titulaire du 3e dan délivré par la Fédération française de judo, jujitsu, kendo et disciplines associées, justifiant d’une expérience d’encadrement de trois cent soixante heures au minimum pendant au moins trois saisons sportives dans les cinq dernières années dans la discipline judo-jujitsu ;
  • Brevet d’Etat de moniteur de judo, aïkido, karaté et méthodes de combats assimilées option principale « judo » et titulaire du 3e dan délivré par la Fédération française de judo, jujitsu, kendo et disciplines associées, justifiant d’une expérience d’encadrement de trois cent soixante heures au minimum pendant au moins trois saisons sportives dans les cinq dernières années dans la discipline judo-jujitsu.

L’expérience d’encadrement est attestée par le directeur technique national du judo, jujitsu, kendo et disciplines associées

  1.  Le jury des tests de sélection

Le jury est constitué de binômes composés de spécialistes dont au minimum un professeur de sport ou un B.E.E.S 2ème degré ou un diplôme d’État supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport, désigné par le directeur technique national de la Fédération Française de Judo. Le jury des tests de sélection est alors proposé au directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale. 

A titre indicatif, le test de sélection peut se composer comme suit :

  1. Une épreuve orale : Le candidat présentera son parcours et son projet. Cette épreuve permettra de vérifier le projet du candidat (motivation, choix de la structure professionnelle, faisabilité de la formation, etc.….) (Durée 30 minutes. 10 minutes d’exposé et 20 minutes de questions maximum)
  2. Une épreuve écrite de 3h : elle permettra de vérifier les connaissances sur les domaines divers tels que l’entraînement, la politique du sport en France. 

H - La formation

a) L’organisation pédagogique

La formation se déroule obligatoirement selon le principe de l’alternance entre la formation en centre et l’application pédagogique dans une structure d’accueil ou les sites fédéraux de pratiques.

La mise en œuvre d’une pédagogie de l’alternance réclame une liaison étroite entre l’organisme de formation, les formateurs, la structure d’accueil, le tuteur et le stagiaire. La structure d’accueil devient un lieu de construction de la compétence du stagiaire.

Il est essentiel :

  • De mettre en adéquation les contenus de formation dispensés par l’organisme de formation et par la structure.
  • De coordonner les actions des différents acteurs de la formation.
  • De donner des repères aux tuteurs pour qu’ils puissent évaluer les acquis du stagiaire en rapport avec le référentiel métier. Une formation des tuteurs est donc nécessaire. Elle est à la charge de l’organisme de formation. (Voir le financement avec un OPCA ou un Conseil Régional). 

b) La définition du plan de formation

A partir des référentiels du métier et de certification, les formateurs définissent en équipe le plan de formation et les contenus prévisionnels de formation afin que le stagiaire puisse développer des compétences dans trois grands champs en interaction dynamique :

  • Le champ pédagogique.
  • Le champ technique.
  • Le champ de la gestion, de l’organisation et de la réglementation.

Le plan de formation est constitué d’un ensemble de séquences de formation articulées de façon logique et progressive. Il s’agit d’un processus guidé par des choix pédagogiques. 
La séquence de formation s’élabore à partir du référentiel professionnel. Elle se caractérise par :

  • Un objectif opérationnel.
  • Des modalités d’acquisition.
  • Une stratégie d’évaluation formative.
  • Un volume horaire défini (variable, estimé, mini, maxi…).

Le plan de formation comprend entre autre :

  • Les volumes horaires pour chaque séquence de formation.
  • La répartition des séquences de formation entre l’organisme de formation et la structure d’accueil.
  • La planification de l’évaluation certificative avec calendrier prévisionnel et son regroupement d’UC. 

I - Coût de la formation

  1. Nombre d’heures et coûts de la formation en centre

700 heures pour un coût de 8652€*

  1. Formation en situation professionnelle :  

500 heures de stage professionnel selon les textes réglementaires et les besoins de l'employeur 

  1. Descriptif de la formation :

- L’objectif : la préparation au métier d’Entraîneur. 

- Les compétences professionnelles attendues: Préparer le projet stratégique de performance dans un champ disciplinaire. Piloter un système d'entraînement. Diriger le projet sportif. Evaluer le système d'entraînement. Organiser des actions de formation de formateurs dans le cadre des réseaux professionnels de l'organisation. 

  1. Coût total de la formation

(8 652€ + frais de dossier de 150€) : 8 802€*

*montant mentionné à titre indiquatif

J - Le financement

a) Comment demander le financement des coûts pédagogiques pour votre formation à un OPCA ?

  1. A qui demander le financement ? 

Les employeurs de la branche sport doivent cotiser pour la formation professionnelle de leurs salariés auprès de l’OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) de la branche sport : UNIFORMATION

  1.  Comment faire la demande

Dès l’inscription au stage de son enseignant salarié, le club employeur doit adresser une demande, dite de « Gestion d’Action », à l’OPCA auprès duquel il a cotisé par papier ou en ligne sur le site de l’OPCA.

b) Autres financements de la formation professionnelle

  1. Le programme régional de formation

Chaque conseil régional édite annuellement un programme régional de formation professionnelle adapté aux besoins des entreprises locales en termes de compétences et aux possibilités fournies par le marché de l’emploi. 

  1. Les formations financées pare Pôle Emploi

Pour en savoir plus, renseignez-vous auprès de votre conseiller Pôle Emploi, et, pour le contrat d'accompagnement formation, auprès de votre conseiller Mission Locale. 

  1. AIF: Aide Individuelle de Formation du Conseil Départemental

Certains conseils départementaux proposent aussi des programmes destinés à favoriser le retour à l’emploi. Les aides à la formation en font partie. Contactez notamment le service formation professionnelle de votre Conseil Départemental. Cependant ce sont surtout les formations proposées dans votre région qui sont financées

  1. Le PAS: Parcours Animation Sport

Si vous résidez ou travaillez sur une zone urbaine sensible (ZUS) Vous pouvez bénéficier d’une aide financière à la formation dans le cadre du dispositif « Parcours Animation Sport » (P.A.S) Participations financières du Ministère de la Santé et des Sports : s’adresser auprès de la DDJSCS de votre domicile. Pour les jeunes de moins de 26 ans : se renseigner auprès de la Mission locale de votre lieu d’habitation. 

K - Les débouchés

Secteurs d'activité :

  • Les activités s’exercent notamment dans le cadre d’associations sportives affiliées à une fédération sportive ou d’entreprises du secteur sportif professionnel.

Métiers visés :

  • directeur,
  • directeur sportif,
  • directeur technique,
  • cadre technique,
  • entraîneur cadre...

 

devenir commissaire | devenir arbitre | diplômesanimateur suppléant |
 | assistant club le CFEB | le CQP | le BPJEPS | le DEJEPS | le DESJEPS |

 


Equipes concernées toute l'association

Document associé

  1. Affiche des formations

    Affiche des formations

Participer au site : news photo video
avatar Se connecter